Artistes Reconnus, Poètes Insoupçonnés

Poésie Apocalypse

Quand L’Amour a besoin de mots

 

Lorsqu’il s’agit de poésie amoureuse, on entend beaucoup parler de Pétrarque, de Lamartine ou de Ronsard. Ces maîtres du lyrisme et du sentiment amoureux ont marqué de leurs œuvres nos inconscients collectifs transis, mais aussi ceux d’autres artistes, dont le lyrisme ne transparaît pas toujours au grand jour. Aujourd’hui, on s’intéresse à ces hommes et ces femmes dont les œuvres artistiques sont connues, mais les travaux poétiques ignorés. Car comme nous tous, les grands de ce monde ont besoin de poésie pour chanter leur amour.


Apocalypse

La poésie, c’est comme le supplément chorizo sur une pizza : c’est l’assurance de bon goût et d’un surplus de plaisir épicé et exotique. Parlons donc de poésie, de cet art si mystérieux qui fascine les érudits depuis l’Antiquité. « La poésie c’est cette musique que chacun a en soi », disait Shakespeare, maniant la plume d’un revers audacieux pour nous faire visiter les tréfonds baroques de nos propres tragédies. L’art et la création peuvent se présenter de bien des manières, et prendre bien des formes. Mais nombreux sont ceux qui cherchent un sens dans leurs langages, dans leurs mots. Et dans « Mot », il y a poésie.

Cerner la poésie, la question semble complexe. Qui peut se targuer d’être poète ? Baudelaire ? Eminem ? Mon petit cousin Jonathan qui écrit des rimes pour la Fête des Mères ? Cette musique que chacun a en soi doit-elle s’exprimer par des mots, des sonnets et des strophes ? Bien des artistes nous prouvent tous les jours le contraire, faisant passer dans leur cinéma, leur musique, leur dessin, une poésie si subtile que les mots ne sont pas toujours nécessaires.

Néanmoins, il est un sujet pour lequel les mots sont toujours indispensables : l’amour. Quelle que soit l’intensité d’un regard, la beauté d’un cadeau, l’intimité d’une étreinte, l’amour est incomplet sans ces deux mots qui veulent tout et rien dire, sans ces sérénades incessantes que l’homme et la femme se dédient depuis la nuit des temps. Et quand l’amour est trop fort, certains, ont besoin de mots. De mots d’amour, des mots d’amants, des mots de douceur et de tendresse qui sont les plus agréables dans toutes les langues du monde.

Nombreux sont les amants parmi nous qui se laissent aller à écrire quelques vers passionnés pour exprimer ce sentiment si fort qu’est l’Amour. Et parmi eux, on compte de nombreuses figures surprenantes, qui montrent leur amour à tous, à travers leurs mots et leur poésie. Parlons donc aujourd’hui de ces gens, des ces esprits pour qui l’amour a eu besoin de mots.


Vous allez mourir

Notre premier poète est sans doute le moins surprenant. En effet, l’amour se marquait dans ses pas, dans ses gestes et dans ses chansons. Jim Morrisson a en effet transcendé sa carrière musicale pour devenir une icône de la contre-culture encore aujourd’hui révérée. Et une grande part de cette réputation vient de son travail de poète. Insatisfait par la musique et le rock, ce sont les mots et la poésie qui furent toujours au coeur de l’art de Morrisson. Il publie de nombreux recueils, fait distribuer des poèmes imprimés lors de ses concerts. Dans ses textes, Morrisson écrit la ville, le mal de vivre, la liberté. Et bien sur l’amour. Pour lui,  » la poésie ne fait rien que de proposer des opportunités et ouvrir toutes les portes ». Morrisson chante l’amour avec simplicité, avec délicatesse. Quelques mots simples pour un sentiment si fort :

I am troubled Immeasurably By your Eyes

I Am struck By the Feather Of your Soft Reply

Morrisson emploie ici des mots simples, pour écrire sa tirade amoureuse, aux entournures très saccadées. On retrouve le thème du regard cher aux poètes lyriques, et aussi celui de la légèreté, de la douceur aérienne, qui caractérise l’univers planant et onirique de Morrisson. Parmi ses recueils, on vous conseille donc Wilderness, dont sont extraits ces vers, et qui est disponible en version bilingue pour les moins anglicistes d’entre vous.


Vous aimez les films de gladiateurs ?

Si les chanteurs sont des poètes, qu’en est-il des peintres ? La poésie de l’image a été de tout temps vantée mais les maîtres de la représentation artistique peuvent-ils faire appel aux mots pour parler d’amour. C’est le cas de Picasso, grand ami des surréalistes, grand amateur de littérature et de poésie. L’homme qui déconstruit les formes et la réalité dans sa peinture a fait de même pour la poésie : poèmes en prose, théâtre fantasque, Picasso écrit pas moins de quatre cent poèmes alors qu’il est déjà reconnu pour sa peinture. Chez Picasso, l’amour prend la forme d’images oniriques, qu’Éluard saluerait sans nul doute. Un amour en métaphores, à la beauté terrestre si vive :

 » Le désir si à l’étroit dans sa prison fait éclater la coquille de la mer et allume les barreaux qui l’enferment sonnant le tocsin au coquetier de velours ».

Un vers quelque peu surréaliste, toujours en prose, et une plume qui parle par images parfois déroutantes de la puissance des sentiments, au rythme des battements de ce fameux coquetier de velours. Si vous souhaitez explorer les tréfonds de l’âme du grand peintre cubiste, on vous conseille le recueil Poèmes, remarquablement analysé par la spécialiste de Picasso Androula Michaël.


Monde de merde

Et aux détours des mots et de l’image, on trouve un art nouveau et pourtant si lié avec ses prédécesseurs : le cinéma. La puissance poétique d’un plan ou d’une scène culte est établie, mais qu’en est-il de leur véhicule ? Emmanuelle Riva répond à cette question en trois recueils de poésie, essentiellement amoureuse. Bien loin d’Hiroshima Mon Amour, la grande actrice française laisse la parole pour la plume, et écrit son désir et ses émois de femme en quelques mots ardents, gravés dans la roche. Sa poésie est épurée, saccadée, chaque mot est choisie pour transmettre au lecteur la puissance de ses sentiments, la puissance d’un amour trop fort que les mots contiennent à peine :

« Fais moi briller comme le soleil fait briller la Terre ; Nous échangeons nos vies sur le lac de tranquillité »

La concision des vers d’Emmanuelle Riva en fait leur force. L’impact de l’impératif, de ce présent de vérité absolue, nous fait vibrer de l’amour ardent de l’auteur de L’Otage du désir, qui véhicule dans ses mots la puissance d’un désir libéré.


2+2 font 4, – 1 font 3, math rapide

Terminons ce voyage poétique sur la forme la plus récente de la poésie. Malgré de nombreux détracteurs, le rap est en effet ce qui se rapproche le plus d’une expression poétique contemporaine, le nouveau moyen d’exploiter le langage pour en créer un nouveau sens. Les paroles de rap peuvent s’apparenter à la poésie, mais elle sont destinées à être mises en musique. Ce qui n’est pas le cas pour ces quelques mots qu’un certain Tupac Shakur griffonne sur ses cahiers de jeune rappeur d’Harlem. Ici plus questions de flow et d’instrus, juste de mots et d’amour, inscrits en épitaphe sur la tombe d’un génie du langage et des arts parti trop tôt. Répétitions, phrase simple : amour puissant.

« What of a love unspoken ? Is it weaker without a name ?

Does this love deserve to exist without a title ?

Because I dare not share his name »


 Vous lisez vraiment nos articles ?

2Pac n’écrit que quelques poèmes qu’on a retrouvés après sa mort, et il ne sera donc jamais publié. Néanmoins, on ne peut qu’être touché par la sincérité de ce jeune homme amoureux, qui perd soudain ses allures de gangster West Coast. Dans ces vers, il est bien conscient de la difficulté de mettre des mots sur son amour, mais également conscient de la nécessité d’essayer de le faire. On lit donc dans ses mots un amour secret, mais trop fort pour être contenu.


Il fait beau demain ?

On ne saurait donc que trop conseiller les fans de ces artistes d’aller jeter un œil de plus près aux divers recueils qu’ils ont publiés, et de retrouver dans la poésie le même talent remarquable dont ces artistes ont fait preuve le long de leur carrière. Et ainsi de donner peut être une deuxième chance à un art bien trop oublié, celui si simple et si puissant des mots.

Tag(s) associé(s):