Mood – La Rentrée de ses Morts

Tout le monde prend tellement la tête à tout le monde avec la rentrée que, quoi qu’on en pense, ça sied bien à l’Apocalypse. Il suffit d’allumer la radio pour entendre la première grognasse de chez Leclerc vanter les stabylos qui se vendent par kit de treize alors qu’elle sait très bien que son fils les échangera juste contre des cartes Pokémon.


 

Ce qui me rappelle que puisqu’on est là, et afin de finir de terrasser Conquête, je vous signale au passage qu’on peut tout à fait lâcher un lourd Pokérap sur Walk This Way de Run-DMC. Je vous le jure. Pour avoir essayé en soirée sous les yeux dépités de Mort et de Famine, c’est tout à fait possible. Jusqu’à ce que l’alcool pousse aux fameux enchaînement cancer : Tortipousse, Rondoudou, Brasegali, Tricératops ; à ce moment-là, c’est l’heure de s’arrêter.

Vous vous demandez peut-être comment faire face à cette rentrée, ou peut-être pas, parce qu’on est le 13 septembre, que cet article est en retard et que tout le monde a déjà fait sa rentrée. En tout cas, si vous cherchez un petit coup de pouce pour vous sentir mieux quand vous aurez à repartir au boulot, la Paukalypse est là pour vous.

Si l’idée est d’avoir encore son petit cocon autour de soi, jouant la réserve timide et mélancolique, rêvant à ces souvenirs mordorés d’été à écouter un abruti jouer un énième morceau pour pécho sur la plage à Saint-Jean de Luz, vous pouvez toujours vous inspirer de Life is Strange. Outre une représentation cancer des punks avec le personnage de Chloé qui me sort par les yeux, ce jeu recèle cependant quelques pépites de mise en scène, notamment au niveau de la soundtrack plutôt qualitative. Le personnage de Max résonnera peut-être en vous si vous voulez des ambiances acoustiques feutrées sucrées, de longs regards par la fenêtre du bus et une traversée des couloirs hostiles semblables à Boromir qui affronte l’armée d’Uruk-Haïs.

Si cependant, comme votre fidèle Paukalypse ici présente, l’idée est plutôt de maudire cet entourage impromptu et cette rentrée de ses morts, alors je vous conseille plutôt l‘OST de Scarface (jamais dans la demie-mesure, teh.) De lourds synthés, une légère réminiscence des plages de Miami en 1980, une démangeaison toute américaine de sortir une mitrailleuse comme ça au milieu de nulle part, à laisser bien entendu dans le domaine des fantasmes puisqu’on est pas dans un lycée aux Etats-Unis. Mais c’est vrai que ce serait cool d’avoir un gros accent cubain, le sourcil entaillé, et de faire 1m67 full charisme (ce qui pour ma part me convient très bien) (je suis toujours ravie d’avoir un point commun avec Al Pacino)(les cavaliers vont encore hurler parce que j’arrive à caser Al Pacino)(déso pas déso)(déso pas cino).

Enfin, il y a toujours la possibilité de vouloir nier cette rentrée. Dans ce cas-là, et parce que l’Apocalypse ne stigmatise pas l’échec scolaire, voici une liste de jeux-vidéos et autres œuvres dans lesquels vous lancer plutôt que d’étudier : Dark Souls, Dark Souls II, The Last Of Us, GTA Vice City, L’intégrale des Elder Scrolls dont Skyrim (qui, je suis dans la dissidence, se joue très bien sur PS3), l’intégralité des Fallout tant qu’on y est, Le Seigneur des Anneaux, les trois tomes, et les trois films, en version longue, n’importe quel livre d‘Emile Zola (le temps de le finir / de trouver la motivation de le finir, on sera déjà en août), et enfin, bien sûr, l’intégralité des articles de l’Apocalypse, dont les super Mood précédents.

Cependant, si vous voulez vous motiver un bon coup pour vous résoudre à y aller, le thème de mon fond d’écran de smartphone juin 2017 – novembre 2018 est là pour vous.

Bonne rentrée, et n’oubliez pas de pousser jusqu’à la limite.