Kamasi Washington dynamite le jazz, les dommages seront collatéraux

Nombreux ont été les médisants programmant la mort du jazz. Mais force est de constater qu’il est bien de retour depuis quelques années. Kamasi Washington est peut-être le meilleur exemple pour illustrer cette recrudescence d’intérêt pour ce genre parfois boudé. Avec son dernier double album Heaven and Earth, le californien propose une expédition spirituelle accessible à tous. Voyager sans bouger de chez soi, ça serait dommage de s’en priver.


 


 

« Le jazz des années 60 était tellement génial que les spécialistes ont décrété que l’on ne ferait jamais rien de mieux. Mais je peux vous assurer que le jazz bouge encore. La relève est là, les nouvelles expériences ne manquent pas et la musique qui se crée est vraiment en phase avec son époque » déclarait Kamasi Washington au journaliste de Tracks en 2016, peu de temps après la sortie de son précédent album Epic. Cette « relève » du jazz (BadBadNotGood, Thundercat, Kamaal Williams…) lui doit beaucoup, et pour cause, il participe depuis plusieurs années au renouveau du genre.

Allié fidèle de Flying Lotus, Run The Jewels ou encore Kendrick Lamar, le saxophoniste tenor dynamite les codes du jazz en y insérant des éléments de soul, de pop ou de hip-hop. Rassurez-vous, il n’est pas tout seul à dynamiter puisqu’il est entouré de plus d’une soixantaine de musiciens, un véritable orchestre à sa merci en studio et en live. Véritable marque de fabrique, son jazz symphonique riche en mélodie laisse une place importante aux choeurs, un style puisant aussi bien son inspiration du coté de Sun Ra que dans le gospel.


 

Son nouveau projet Heaven and Earth est un album fleuve de 2h30, 2h30 d’envolées stratosphériques, d’improvisations, d’arrangements millimétrés et de rythmiques chiadées. Divisé en 2 parties, « Earth représente le monde tel que je le vois de l’extérieur, le monde dont je fais partie. Heaven représente le monde tel que je le vois de l’intérieur, le monde qui m’appartient. Mon identité et mes choix reposent quelque part entre les deux. » 

Sans jamais tomber dans la démonstration technique, ce nouvel album est aussi complexe qu’accessible : les longues plages sonores oniriques s’entremêlent avec de vrais moments de fougue, la poésie de certaines mélodies se chevauche avec le groove possédé de certains passages. À la fois ambitieux et engagé, cet album est d’une richesse sans limite, et marquera à coup sûr l’histoire du jazz, ce genre parfois mal compris, trop souvent affilié à un certain élitisme, mais auquel Kamasi Washington offre une porte d’entrée de choix.

 

Kamasi Washington
Heaven & Earth

Young Turks Recordings

Écouter l’album

Tag(s) associé(s):