EVO Moment #37 : Gloire et renaissance de l’esport

Aaah, l’esport. Ou l’e-sport. Ou le esport. Ou du de le esport. Enfin, vous le voyez, la simple question de nommer le jeu vidéo compétitif est déjà sujette à débat. L’esport est en effet aujourd’hui une passion pour une large partie de la jeunesse mondiale, autant qu’il est un mystère impénétrable pour le reste de l’humanité. Pourtant, l’esport fonctionne bel et bien comme un environnement sportif traditionnel, avec des dizaines de millions de dollars en jeu, des stars adulées, des stades pleins à craquer pour voir les athlètes du jeu vidéo s’affronter, et des moments épiques à la pelle. Et le plus incroyable de tous : Evo Moment #37.


Daigo

Evo Moment #37 est l’équivalent de la panenka de Zidane en finale de coupe du monde 2006, des courses folles d’Usain Bolt aux JO de Pékin, le « Shot » de Michael Jordan contre Cleveland : pas besoin de comprendre ce qui se passe pour savoir qu’on assiste à un moment historique de performance absolue. Une personne qui n’a jamais jouée aux jeux vidéos de sa vie peut regarder EVO Moment #37 et en comprendre la portée. Ca vous pose déjà l’événement puisque, avouons-le, personne ne comprend rien à l’esport à moins d’en être un aficionado convaincu.

Evo 2018

 

Mais d’abord un petit point d’histoire, et d’étymologie. Les compétitions de jeux vidéos existent à peu près depuis l’invention du jeu vidéo lui-même. Faut bien savoir qui c’est le meilleur. Néanmoins, on ne parle pas d’esport jusqu’à la fin des années 90, puisque les récompenses de ces tournois restent symboliques. L’esport tel qu’on le connait découlera donc de l »arrivée de jeux compétitif en PvP, joueur contre joueur, entraînée par Internet. Le premier tournoi reconnu comme esport est le Red Annihilation, tournoi de Quake tenu à l’E3 1997 à l’issu duquel le vainqueur repart avec la Ferrari du créateur du jeu. Par la suite, des organisations de ligues internet vont organiser des tournois de plus en plus importants, aux USA et en Asie. Les joueurs s’affrontent sur un certain nombre de jeux : des FPS comme Quake ou Counter-Strike, des RTS comme Starcraft ou Warcraft, et enfin, des jeux de combat, comme Street Fighter ou Tekken, dont nous allons parler plus avant ici.

La compétition de jeux de combat aux Etats-Unis doit énormément à un homme : Tom Cannon, passionné de jeux de combats, et gérant du site shoryuken.com, référence pour les fans. Il organise un premier tournoi amical sur Street Fighter en 1996 appelé B3, Battle of the Bay. Il y aura une seconde édition en 2000, le B4 à laquelle plus de joueurs participent et plus de jeux sont joués en compétition. Le B5 de 2001 prend lui aussi une plus grande ampleur, et en 2002, le B6 devient EVO, Evolution Championship Series, qui deviendra au fil des années la plus grande compétition de jeux de combat, réunissant des talents du monde entier et continuant d’être une pierre angulaire de l’esport international. Néanmoins, avant de connaitre le succès qu’il a aujourd’hui, l’esport et EVO peinent à élargir leur jeune communauté. Le pari EVO semble être trop ambitieux, la passion pour les jeux de combat s’essouffle, surtout en occident, et l’esport naissant semble voué à rester dans l’ombre.

C’est dans ce contexte qu’arrive EVO 2004 deux ans après, et le moment le plus célèbre de l’histoire de l’esport : Evo Moment #37. Nous sommes le premier août 2004, à l’Université polytechnique de Pomona en Californie. L’américain Justin « JWong » Wong et le japonais Daigo « Daigo » Umehara s’affrontent en demi-finale du tournoi de Street Fighter III. La Chun-Li de Jwong est sur le point de battre le Ken de Daigo, à qui il ne reste qu’un pixel de vie pour parachever sa victoire, Jwong lance son « Super Art », une série de quinze coups de pieds extrêmement rapides. Ca sent la fin pour Daigo.


 

Mais non. Daigo pare les quinze coups, avec un pixel de vie. Quinze fois de suite, il oriente son stick à l’exact bon angle (chaque coup étant différent), à l’exact bonne fraction de seconde, à la vitesse de The Rock dans son 4×4 tuné de Fast and Furious, avant d’achever son adversaire, et de gagner la rencontre. La foule hurle, les commentateurs s’enflamment, et même vous en voyant ça vous vous êtes dit « ouais quand même c’est stylé ». Daigo perdra en finale, mais peu importe : il vient de marquer l’histoire du jeu vidéo, et ce plus durablement que personne ne l’imagine alors.

En effet, cet incroyable performance de Daigo va créer un nouvel engouement autour des jeux de combats, qui se constatera non seulement par un boom d’affluence de public dans les tournois mais aussi dans les ventes mêmes de jeux. JWong dira de ce moment qu’il a peut -être sauver les jeux de combats. Quinze ans après en tout cas, on parle toujours d’Evo Moment #37 : des journalistes discutent encore son impact, Glenn Cravens a même écrit un livre au sujet de cet exploit, et tous les fans d’esport, de jeu de combat ou non, connaissent ce move exceptionnel, qui signale peut être les prémices de ce qu’allait peu à peu devenir l’esport : un phénomène international de passionnés, qui a aujourd’hui sa place dans la culture underground comme populaire.

Dix ans après, les deux hommes s’affrontent dans une revanche anniversaire…. Et Daigo réitère l’exploit !
Tag(s) associé(s):